Nov 12

La gestion des interventions au service des métiers de l’audit et de la certification

Posté par : Xavier Biseul / Etiquettes : , ,

La gestion des interventions au service des métiers de l’audit et de la certification

Dans le domaine de l’agroalimentaire, de l’immobilier ou de la santé, les professionnels de l’audit, de l’inspection et de la certification évaluent un grand nombre de processus. Un logiciel de gestion des interventions de dernière génération permet de couvrir la grande variété de leurs missions.
 
Du zéro défaut au risque zéro, notre société contemporaine n’a de cesse de vouloir maîtriser le risque et d’évacuer tous les impondérables de la vie à grand renfort de référentiels de bonnes pratiques et de méthodes d’amélioration continue. On assiste ainsi à une inflation de normes qualité et de certifications.
 
Une aubaine pour les acteurs de l’audit, de l’inspection et de la certification ou TIC en anglais – Testing, inspection & certification. Un marché estimé à 117,8 milliards de dollars au niveau mondial et porté par une croissance annuelle de 5,07 % durant la période de 2018 à 2023 selon une étude d’IndustryArc.
 
Ces organismes d’audit et de certification ont pour nom Bureau Veritas, Apave, SGS, Intertek, Eurofins, TÜV, Dayton, Dekra, Eurofins ou Exova. Leur mission consiste à évaluer la conformité des produits fabriqués ou des prestations réalisées par une entreprise ainsi que la fiabilité de ses équipements.
 
Un grand nombre de secteurs d’activité sont concernés : le BTP, l’immobilier, l’industrie agroalimentaire, les télécoms, l’énergie, les fabricants de dispositifs médicaux… Des métiers spécifiques comme les plombiers, les climaticiens, les frigoristes ou les dératiseurs sont, eux aussi, régis par un cadre réglementaire strict.
 
A défaut d’être obligatoire, une certification qualité constitue un avantage concurrentiel. C’est un gage de qualité pour les clients mais aussi, en interne, une assurance pour les collaborateurs d’un bon respect des consignes de sécurité. Dans un secteur aussi sensible que celui des services à la personne, les organismes intervenant auprès des personnes âgées et/ou fragiles peuvent faire reconnaître leur savoir-faire avec la certification Qualisap, reconnue par l’Agence nationale des services à la personne (ANSP).
 
Les gestionnaires d’immeuble, les offices HLM ou les syndics de copropriété font aussi appel à ces organismes pour inspecter les bâtiments afin de s’assurer que les extincteurs sont présents en nombre suffisant et en état de marche ou que les ascenseurs fonctionnent.

Répondre aux enjeux sociétaux et environnementaux

Tout processus peut être normalisé et évalué. Ainsi, Afnor Certification a récemment conçu un dispositif afin de vérifier les mesures sanitaires prises par un organisme pour lutter contre la Covid-19 en s’appuyant sur le protocole défini par la Direction Générale du Travail et d’autres bonnes pratiques émises à un niveau sectoriel.
 
Depuis quelques années, le marché du TIC a élargi son périmètre au-delà de ces deux piliers de la qualité et de la sécurité pour répondre aux enjeux en matière de RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) et de développement durable. On parle alors de management QHSE (qualité, hygiène, sécurité et environnement) ou de QSSE (qualité, santé, sécurité et environnement).
 

Une grande variété de missions de contrôle

Ce champ d’investigation élargi dépasse le cadre des contrôles techniques de conformité puisqu’il s’agit de garantir la santé des salariés et le respect des normes environnementales. Plusieurs normes couvrent ce spectre dont ISO 9001 (management de la qualité), ISO 14001 (management environnemental), ISO 45001 (santé et sécurité au travail) et SA 8000 (responsabilité sociétale).
 
On le voit, les auditeurs et inspecteurs peuvent être amenés, dans la même journée et sur plusieurs sites, à accomplir des opérations de contrôle très différentes les unes des autres. Seul, un logiciel de gestion des interventions de dernière génération permet de couvrir cette grande variété de missions. Comptant de nombreuses références dans les domaines du Facility Management et du contrôle qualité, Praxedo est particulièrement présent dans ces métiers du TIC.

Mettre de “l’intelligence” dans les formulaires

Praxedo permet de créer et de modifier très facilement les formulaires qui seront utilisés par les inspecteurs et auditeurs sur site et cela sans aucune connaissance informatique. Leur paramétrage se fait depuis l’interface web de la solution puis les nouveaux formulaires sont transmis aux différents terminaux mobiles par simple synchronisation.
 
Un formulaire est composé d’une arborescence de sections, elles-mêmes composées de champs. Case à cocher, liste déroulante, scan de code-barres, photo ou vidéo, coordonnées GPS, horodatage, lien URL, téléphone, signature numérique… Praxedo propose une grande variété de champs.
 
Ces formulaires sont très importants dans les métiers du TIC car elles permettent de guider la saisie des opérateurs sur le terrain et de garantir la qualité des données remontées. Il est, par exemple, possible de conditionner l’affichage de champs et de sections en fonction des saisies réalisées dans d’autres champs.
 
Grâce aux APIs et aux web services, certains champs peuvent être pré-renseignés avec des informations provenant du système d’information du prestataire. Les formulaires peuvent également intégrer des tableaux afin de faciliter la saisie des données sur un terminal mobile.

Une traçabilité sans faille des données collectées

Un autre enjeu de taille pour ces acteurs est de pouvoir assurer une traçabilité sans faille des données issues des missions d’audit et d’inspection. Car ce sont les données collectées sur le terrain qui vont relever d’éventuelles non-conformités et justifier l’octroi ou non d’une certification.
 
De nombreuses activités de contrôle qualité et d’inspection nécessitent, de fait, de rédiger des comptes rendus complexes, structurés et normalisés, intégrant parfois des photos, de les transmettre à qui de droit puis de les archiver dans un environnement sécurisé.
 
Fin de la double saisie et des éventuelles erreurs dans la transformation de l’information, seule la dématérialisation des comptes rendus permet de garantir l’intégrité et la confidentialité des données sensibles. Elle autorise aussi une exploitation statistique de ces données sous forme de reporting et de tableaux de bord.
 
Par ailleurs, un logiciel de gestion d’interventions améliore les conditions de travail des auditeurs et des inspecteurs. Plus besoin de transporter avec eux un ordinateur portable, ils saisissent leurs comptes rendus directement sur smartphone ou tablette. Ils accèdent aussi depuis leur terminal mobile à l’historique des vérifications effectuées et aux données techniques spécifiques à une installation ou à un site donné. Un véritable bureau nomade.
 

Articles similaires :

A propos de l’auteur

Xavier Biseul est journaliste indépendant. Spécialiste des sujets liés aux nouvelles technologies et à la transformation digitale des entreprises, il collabore avec de nombreux titres de la presse print et web

Essayez le leader Praxedo

Pas d'engagement, pas de carte bleue demandée
une bonne idée, faites un essai gratuit
Essai gratuit

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience sur notre site. Pour en savoir plus, cliquez ici.