Sep 04

Qu’apportent la réalité virtuelle et la réalité augmentée à la maintenance ?

Posté par : Xavier Biseul / Etiquettes : , ,

Qu’apportent la réalité virtuelle et la réalité augmentée à la maintenance ?

La réalité virtuelle permet de former les techniciens avant qu’ils n’interviennent sur site tandis que la réalité augmentée les assiste dans les opérations de maintenance. Dans les deux cas, les premiers retours d’expérience sont concluants.
 
Les technologies de réalité virtuelle et de réalité augmentée sont généralement associées au monde du loisir et du divertissement. On pense bien sûr aux jeux vidéo immersifs, comme Pokemon Go, ou aux filtres de Snapchat qui font le bonheur des amateurs de selfie. C’est oublier un peu vite les applications professionnelles. De la conception d’une maquette virtuelle à la télémédecine, en passant par la préparation de commandes dans les plateformes de tri logistique, les cas d’usage sont quasiment infinis.
 
 
Ce n’est pas un hasard si Google a repositionné les Google Glass sur des applications BtoB après l’accueil mitigé de ses lunettes connectées auprès des particuliers. La multiplication des casques de réalité virtuelle sur le marché grand public de type HTC, Vive, Samsung et Oculus a d’ailleurs bénéficié, par contrecoup, à la sphère professionnelle en réduisant le coût de ces technologies jusqu’alors particulièrement onéreuses.

Formation et visite virtuelle de sites sensibles

Les professionnels de la maintenance ont tout à gagner à capitaliser sur les apports de la réalité virtuelle. A commencer par la formation des techniciens. Avec la réalité virtuelle, ce sont les sites qui se déplacent aux techniciens et non l’inverse. Ils vont pouvoir s’immerger dans leur futur univers de travail et prendre connaissance de la topologie du site sur lequel ils seront amenés à évoluer.
 
Depuis n’importe quel lieu, les techniciens vont travailler les gestes à accomplir, les répéter à l’infini, s’autoriser des erreurs sans danger. Une mauvaise manipulation ne créera aucun dommage sur l’équipement à maintenir. Cet apprentissage est particulièrement utile avant d’intervenir sur des sites sensibles et/ou éloignés comme une centrale nucléaire, une raffinerie ou une plateforme pétrolière.
 
Avec la réalité virtuelle, la compréhension des enjeux liés aux opérations de maintenance est plus parlante qu’avec des manuels techniques ou des présentations PowerPoint. Les intéressés sont plongés en situation « réelle ». La réalité virtuelle permet, par ailleurs, de multiplier les scénarii et de simuler des événements exceptionnels ou des conditions météorologiques particulières : de nuit, sous une averse, une tempête neige.

L’aéronautique, l’énergie et le BTP, pionniers de la RV

En améliorant ainsi l’efficacité des actions de formation et en réduisant ses coûts, la réalité virtuelle s’est immiscée dans des industries où le temps passé sur les procédures liées à la maintenance des équipements représente parfois des centaines d’heures par opérateur et par an.
 
C’est le cas de l’industrie aéronautique où les opérations de MRO (maintenance, repair and overhaul – maintenance, réparation et révision) constituent un enjeu clé avec la croissance exponentielle du trafic aérien. Recréer virtuellement des aéronefs évite leur mobilisation au sol particulièrement coûteuse. L’avionneur Airbus ou le motoriste Safran font appel à ce type d’applications immersives.
 
Les énergéticiens sont également adeptes de la virtualité. GRTgaz forme ainsi les techniciens de maintenance appelés à intervenir sur les vannes et les postes de détente de son réseau. Leurs avatars passent en revue les pannes les plus fréquentes.
 

Le big bang du BIM

Le secteur traditionnel BTP fait aussi sa révolution numérique avec le BIM, pour « Building Information Modeling » ou modélisation des données du bâtiment. Ce BIM consiste à concevoir un avatar virtuel d’un bâtiment contenant toutes ses caractéristiques physiques, techniques et fonctionnelles.
 
Cette maquette numérique sera partagée par tous les acteurs, de l’architecte au client final en passant par le bureau d’études, le maître d’œuvre ou l’exploitant pour toutes les opérations de maintenance.
 
La réalité virtuelle peut s’appliquer aux tâches connexes à la maintenance comme l’inspection de site, le contrôle qualité ou la politique de sécurité (plan de prévention, sensibilisation des nouveaux collaborateurs). Le groupe de travail temporaire Manpower l’utilise comme outil de prévention des risques sur les chantiers. Il prépare ainsi ses intérimaires à adopter les bons gestes en cas d’accidents grave.

Réalité augmentée : toutes les informations utiles en surimpression

La réalité virtuelle ne doit pas être confondue avec la réalité augmentée. Alors que la première permet de préparer les interventions, la seconde assiste le technicien durant l’intervention même. Comme son nom l’indique, la réalité augmentée permet de superposer au monde réel des informations contextuelles.
 
Le technicien de maintenance « augmenté » va disposer de toutes les données utiles qui vont le guider dans son travail : plans, fiches techniques, manuels d’instruction… En scannant le QR code associé à l’équipement à maintenir, il accédera à la liste des opérations à exécuter.
 
Il recueillera, par ailleurs, les données sur l’état de santé de l’installation comme la pression, la température ou le taux d’humidité remontées par les capteurs connectés. Enfin, dans le domaine du BTP, un technicien de maintenance « verra » l’intérieur du bâtiment, comme les câbles électriques situées derrière un faux plafond ou des canalisations cachées par un coffrage.
 

Le technicien a les mains libres pour réparer

L’ensemble de ces informations vont s’afficher en surimpression depuis une tablette, un smartphone, des lunettes connectés ou même directement sur l’équipement à maintenir via un vidéoprojecteur. Ces systèmes ont l’avantage de dispenser l’opérateur de la consultation de la documentation technique voire de libérer ses mains dans le cas des casques et des lunettes de réalité augmentée.
 
Cette interface homme-machine peut également servir au technicien à commander de pièces détachées ou à recevoir l’aide d’un expert à distance afin d’affiner son diagnostic. Il lui suffit de partager sa visualisation en 3D avec lui. De quoi améliorer le taux de résolution dès la première intervention.

Place à la réalité mixte avec HoloLens

Avec HoloLens, présenté en 2015, Microsoft va un pas plus loin dans l’interpénétration de la virtualité dans le monde réel. Ce casque dit de réalité mixte permet de simuler des hologrammes dans le champ de vision de l’utilisateur. Des hologrammes qui vont coexister avec des objets physiques et interagir avec eux.
 
Là encore, HoloLens va aider à former les techniciens aux procédures propres à chaque appareil ou les épauler lors d’interventions délicates. C’est le cas des agents d’Areva qui évoluent dans des environnements contraints. Leurs combinaisons antiradiations limitent leurs mouvements et ils ne peuvent manipuler d’écran tactile à cause de leurs gants.
 
D’autres industriels font appel au dispositif holographique de Microsoft. Total l’utilise pour former ses techniciens de maintenance au remplacement du limiteur de remplissage des cuves de carburant. Dassault Aviation s’appuie sur HoloLens pour des opérations de maintenance et de suivi des avions Rafale et Falcon.
 
 

Articles similaires :

A propos de l’auteur

Xavier Biseul est journaliste indépendant. Spécialiste des sujets liés aux nouvelles technologies et à la transformation digitale des entreprises, il collabore avec de nombreux titres de la presse print et web

Essayez le leader Praxedo

Pas d'engagement, pas de carte bleue demandée
une bonne idée, faites un essai gratuit
Essai gratuit

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience sur notre site. Pour en savoir plus, cliquez ici.